TABLEAU 5: MON-PLAISIR

Le narrateur
A Mon-Plaisir, tout ce que l’île compte de notables et de belles dames arrivent. On y voit Pierre Poivre recevant ses invités dont Bernardin de Saint-Pierre et Grandet. Tchang est affairé à servir les invités. Des musiciens jouent les airs à la mode dans la colonie.

Paul et Virginie arrivent.

Poivre
Bonjour Virginie, bonjour Paul.

Tchang (à Poivre)
Monsieur, j’aperçois le gouverneur

Mahé de La Bourdonnais entre.

Poivre
Mes amis, que la fête commence, suivez-moi, nous allons d’abord tirer les feux d¹artifice rapportés de Chine.

Ils sortent tous sauf Virginie qui va s’assoir. Elle est vite rejointe par un Bernardin de Saint Pierre empressé

Bernardin
Vous ne sortez pas, mademoiselle de la Tour ?

Virginie
Non, monsieur de Saint-Pierre, je n¹aime pas les feux d¹artifice.

Bernardin
Puis-je m’assoir pour vous tenir compagnie ? (Virginie hoche la tête) Le hasard fait bien les choses, je dois vous parler sans attendre.

Ils s¹assoient.

Bernardin
Voudriez-vous voir Paris et Versailles ?

Virginie
Oh, monsieur, en rêve, je n'ose à peine.

Bernardin
Je vous y vois en robe en soie et perruque poudrée sous une belle ombrelle et surtout la plus admirée.

Virginie
Monsieur vos imagination est celle d’un poète ! Je ne suis qu’une créole de l’île de France !

Bernardin
ET vous m’avez envouté ! Virginie, dès que je vous ai vu, j'ai su que vous seriez ma muse ! Virginie, sans plus attendre, me suiveriez-vous à Paris ?

Virginie
Pardon, monsieur ! Mais, vous êtes fou.

Bernardin
Fou de vous, oui, belle Virginie ! Je vous ai aimé dès que je vous ai vu tenir tête à ce Grandet sur le port.

Virginie (se levant et avec autorité)
Monsieur, je ne vous aime pas ! Et il y a quelqu¹un d¹autre, quelqu¹un que j¹aime en secret.

Bernardin
J¹espère que ce n¹est pas ce sauvage...

Paul est entré.

Paul
Le sauvage est là.

Bernardin
Ah, seigneur dieu, ce n¹est pas vrai !

Paul
Hein ?

Bernardin (en posant sa main sur la taille de Virginie)
On ne dit pas ”hein” , sauvage, on dit “Pardon ?”.

Virginie retire la main de Saint Pierre et le giffle.

Bernardin
Aïe.

Paul
On ne dit pas “Aïe”, on dit “Ca fait mal”.

Bernardin
Vous ne perdez rien pour attendre, sauvages !

Il s¹en va furieux. Paul et Virginie tombent dans les bras l'un de l'autre et s'en vont en se donnant la main